09/11/2014 : Remembrance Day – Jinja, Ouganda

Le soleil filtrait à travers des palmiers royaux au fond du carré fraichement tondu profilant les ombres courtes des stèles, alignées au cordeau comme pour une ultime parade.

JPEG

Les tentes dressées de part et d’autre du cénotaphe de pierre donnaient au cimetière militaire du Commonwealth comme un petit air de kermesse. Pourtant les voix chuchotées sous l’ombre des tentes et des grands arbres rappelaient la solennité du moment tout comme les uniformes aux plis impeccables des militaires des missions de défense et des UPDF.

En effet, à l’invitation de Madame Alison Blackburne, Haut-Commissaire du Royaume Uni, accompagnée de l’attaché de défense britannique, le Lieutenant-Colonel Mike Nicchols, la communauté diplomatique s’était retrouvée en ce dimanche de novembre pour la traditionnelle cérémonie du souvenir au petit cimetière militaire de Jinja à quelques centaines de mètres des sources du Nil.

JPEG

A l’invite de l’évêque Hannington Mutebi, tous se sont recueillis en mémoire des soldats tombés non seulement au cours des deux guerres mondiales mais aussi dans tous les conflits qui ont sévi de par le monde depuis et en particulier en Afrique.
D’une voix grave, le Lieutenant-Colonel Mike Nicchols a prononcé ensuite l’acte du souvenir :

« Ils ne vieilliront pas comme nous pourrons nous –mêmes vieillir,
L’âge ne les fatiguera pas ni les années non plus
Mais au coucher du soleil et dans l’aube naissante
Nous nous souviendrons d’eux. »
Auquel tous ont répondu en écho : « we will remember them »

Après les sonneries réglementaires et deux minutes de silence en hommage aux soldats tombés au combat, Madame Alison Blackburne est venue se recueillir et déposer une gerbe de fleurs au pied de la grande stèle, suivie des autres représentants diplomatiques.

JPEG

Au nom de Madame Sophie Makame, Ambassadeur de France en Ouganda, le lieutenant-colonel Georges Jacono, attaché de défense près de l’ambassade à Kampala, a déposé à son tour une couronne de fleurs.

JPEG

Des fleurs blanches et rouges. Blanches comme l’aube tant attendue par la sentinelle la nuit, et rouges de la couleur du sang qui serait sans doute encore bientôt versé.

Mais, rouges aussi, couleur des corolles des coquelicots sur les champs de bataille des Flandres qui inspira au commandant John Mc Crae, officier canadien médecin et artilleur, sans doute l’un des plus beaux poèmes militaires de la 1ère guerre mondiale : « Dans les Champs des Flandres »

In Flanders Fields
« In Flanders fields the poppies blow
Between the crosses, row on row,
That mark our place ; and in the sky
The larks, still bravely singing, fly
Scarce heard amid the guns below.
We are the Dead. Short days ago
We lived, felt dawn, saw sunset glow,
Loved and were loved, and now we lie
In Flanders fields.
Take up our quarrel with the foe :
To you from failing hands we throw
The torch ; be yours to hold it high.
If ye break faith with us who die
We shall not sleep, though poppies grow
In Flanders fields. »

JPEG

Pour clôturer la cérémonie, deux vétérans ougandais ont rendu un dernier hommage à leurs ainés.

JPEG

JPEG

Le visiteur qui arpente ce cimetière sera sans doute surpris de ne pas y trouver de noms de soldats tombés lors de la 1ère guerre mondiale. En effet, sans doute est-ce par ce que cimetière n’a vu le jour que bien après cette guerre et que les soldats tombés alors ont été enterrés dans leur village natal sans référence aux combats auxquels ils auraient pris part.

Pourtant en cherchant bien, à l’ombre des grands arbres à droite au fond du carré, la stèle un peu à l’écart du Sergent Atibu Juma, témoin de la participation du King’s African Rifles Regiment aux combats oubliés de la Grande Guerre dans ce coin d’Afrique de l’Est, semble veiller sur ses camarades...

JPEG

Dernière modification : 06/10/2016

Haut de page