06/08/2014 : Visite du Capitaine de Vaisseau Antoine CAMUS des FFDj en Ouganda

A l’occasion de l’instruction opérationnelle réalisée par les Forces Françaises déployées à Djibouti (FFDj) au profit du groupement de bataillon (UGABAG) 14, le capitaine de vaisseau Antoine Camus, adjoint interarmées des FFDj, s’est déplacé en Ouganda du 6 au 8 août 2014.

Cette courte visite a été l’occasion de voir les hommes du 5ème RIAOM en action sur le terrain mais aussi de rencontrer autorités militaires et politiques ougandaises.

JPEG

Accompagnée de Son Excellence, Madame Sophie Makame, Ambassadeur de France en Ouganda, la délégation conduite par le capitaine de vaisseau Antoine Camus a pu juger in situ de l’excellence du travail du détachement d’instruction opérationnelle (DIO) commandé par le Capitaine Benoît Colombier.

Le général de brigade Jack Bakasumba (au centre sur la photo), chef du centre d’entraînement aux opérations de maintien de la paix de Singo a lui-même quelques années auparavant bénéficié de cette instruction avant d’être projeté à la tête de son bataillon en Somalie. Il a souligné les excellentes relations entre les militaires des deux pays et combien le réalisme de l’entraînement français était apprécié.

La visite a débuté par une courte cérémonie militaire, puis les visiteurs ont pu voir les instructeurs à l’œuvre.

JPEG

Pendant près de six semaines (13 juillet – 27 août), le DIO du capitaine Benoît Colombier a dispensé une formation dans le cadre de la mise en condition opérationnelle des 2 600 soldats qui forment l’UGABAG 14, avant leur prochaine projection au sein de la mission de l’Union Africaine en Somalie (AMISOM).

Cette mission d’instruction s’inscrit dans le cadre du soutien apporté par les forces françaises en Afrique pour la formation des contingents africains aux opérations de maintien de la paix. Dès 2006, la France a ainsi assuré l’instruction opérationnelle des bataillons ougandais qui arment l’AMISOM. 

Au cours de cette formation deux phases d’instruction et d’entraînement ont été abordées. La première phase est axée sur l’apprentissage des savoir-faire individuels fondamentaux tels que les déplacements, le maniement des armes en dotation, ou encore les réactions face aux engins explosifs improvisés. La deuxième phase s’articule autour de sept modules : escorte de convoi, patrouille, défense d’un secteur, attaque d’un point, bouclage et fouille d’une zone, check-point et embuscade.

Dans la soirée, une réception en l’honneur du capitaine de vaisseau Antoine Camus était donnée par Madame l’Ambassadeur à la Résidence de France. Y étaient invités les ambassadeurs et attachés de défense des pays engagés au sein ou auprès de l’AMISOM, qu’ils soient contributeurs de troupes, du budget et/ou d’instructeurs. Les UPDF quant à eux étaient représentées par leur chef, le General Katumba Wamala, chef d’état-major des armées.

JPEG

JPEG

Le programme de la visite du Capitaine de Vaisseau Antoine Camus incluait également des entretiens avec différentes autorités militaires et politiques.

Ainsi, le chef des forces terrestres, le Major général David Muhoozi a pu faire le point des actions de coopération militaire françaises au profit de l’Ouganda. Outre le volet opérationnel conduit par les FFDj, la coopération militaire comporte également l’apprentissage à la langue française et l’envoi d’une dizaine de stagiaires militaires par an dans les écoles africaines à vocation régionales (ENVR) ou en France.

A noter que cette année, la France accentue son effort avec la mise en place à la rentrée prochaine de deux professeurs de français à l’école des cadets de Jinja au profit des jeunes officiers de cette école mais aussi des officiers en poste à Kampala.

La visite du Capitaine de vaisseau s’est poursuivie par un entretien avec Monsieur Simon Mulongo, membre de la commission parlementaire de la Défense et de l’Intérieur, au cours duquel, les questions de coopération régionales ont été approfondies.

Dernière modification : 06/10/2016

Haut de page