Avec le chef Jean-Paul Videau, les étudiants ougandais partent à la découverte de la gastronomie française

« Maintenant, il me faut 600 grammes de farine », annonce Salomé d’un air quasi-solennel. Penchée avec attention sur la balance qu’elle s’apprête à utiliser, cette étudiante fait partie des 11 élèves inscrits aux cours de cuisine de l’institut YMCA de Kampala qui bénéficient d’une formation exceptionnelle sur la gastronomie et la cuisine à la française grâce au soutien de l’Ambassade de France en Ouganda, au travers de son service de coopération et d’action culturelle

De passage dans la capitale ougandaise, du 8 au 11 mars, le chef Jean-Paul Videau, qui dirige une boulangerie à Durban (Afrique du Sud) semble bien décidé à faire découvrir et transmettre sa passion pour la cuisine provençale. « Les élèves sont intéressants et intéressés, ce n’est pas une surprise, mais un réel plaisir ! Ils sont volontaires, montrent une envie de parfaire leurs connaissances », s’enthousiasme le cuisinier en aparté.
JPEG
La main ferme sur le couteau pour trancher les oignons, Maureen ne cache pas non plus sa joie de participer à cette formation. « J’ai énormément appris, glisse-t-elle. J’ai découvert de nouveaux légumes, des épices, donc de nouvelles manières de cuisiner ! » A sa droite, sa voisine Maureen partage son prénom mais aussi son avis : « Je viens d’apprendre comment faire des biscuits, je ne savais pas ! Et je ne connaissais quasiment rien de la cuisine française », souffle celle qui ambitionne d’ouvrir un jour un restaurant.
JPEG
Lucy, de l’autre côté de la grande table autour de laquelle s’activent les futurs cordons bleus, détaille en français, avec l’aide de ses camarades, la recette à suivre pour les fameux biscuits. « Ce n’est pas si dur à faire finalement », se réjouit celle qui rêve déjà de réinventer la préparation des huîtres.
JPEG
Organisé afin de promouvoir la langue française à travers la gastronomie, cet atelier de trois jours, qui mêle exercices de vocabulaire et découverte de l’art de servir la cuisine française, devrait se clôturer par un dîner offert par les étudiants à quelques convives privilégiés.

Dernière modification : 12/10/2016

Haut de page