Biennale de Kla, explorez l’art contemporain africain [en]

Ce vendredi 2 septembre a été annoncée l’ouverture de la 2ème édition de la biennale d’Art de Kampala à l’occasion de laquelle de nombreuses œuvres seront exposées à travers la ville. Ce festival artistique a pour objectif de valoriser l’art contemporain africain sur la scène internationale, faisant ainsi de la capitale ougandaise une destination phare pour les amateurs d’art en Afrique.

Ce vendredi 2 septembre a été annoncée l’ouverture de la 2ème édition de la biennale d’Art de Kampala. C’est au musée national d’Ouganda qu’a été inaugurée l’exposition « Seven Hills ». Grâce au soutien de l’Institut Français et de l’Ambassade de France en Ouganda, des œuvres d’artistes venus des quatre coins du monde (France, Belgique, Royaume Uni, Afrique du Sud, Botswana …) seront exposées à travers la ville de Kampala pendant tout le mois de septembre. De nombreuses expositions, projections, conférences, débats, ateliers artistiques et rencontres feront de ce festival un rendez-vous haut en couleur.

Avec le thème de « Seven Hills » qui évoque à la fois les sept collines du capitole et celles de Kampala, l’association Kampala Arts Trust à l’origine de l’évènement souhaite faire une analogie entre le dynamisme de la Rome Antique et l’effervescence de la capitale ougandaise.

JPEG
L’affiche officielle de cette deuxième édition

L’artiste camerounaise Alice Atangana a réalisé la maquette de « Seven Hills ». Fascinée par la dynamique du mouvement, son attention s’est fixée sur la multitude de véhicules et moyens de transports qui rythment la ville de Kampala d’une inimitable cadence effrénée et bruyante. A l’aide d’outils numériques, elle a souhaité donner corps à ce flux tout en témoignant de l’importance croissante qu’occupent les nouvelles technologies dans le quotidien des habitants.

Ce festival artistique a pour objectif de valoriser l’art contemporain africain sur la scène internationale, faisant ainsi de Kampala une destination phare pour les amateurs d’art en Afrique. « On constate un véritable intérêt pour l’art contemporain africain. Le festival prend des allures de plateforme internationale en Afrique de l’Est ... » remarque le directeur de la biennale, Daudi Karungi qui pose un regard optimiste sur l’avenir de ce courant artistique dans la région des Grands Lacs.

JPEG

Au-delà de la promotion de l’art contemporain en Afrique, la biennale de Kampala se veut aussi lieu d’échange et de liberté d’expression, favorisant la cohésion sociale et l’épanouissement des identités culturelles dans le cadre de l’intégration est-africaine.

JPEG

Dernière modification : 22/09/2016

Haut de page