Conférence de presse de l’AFD à Kampala

Aujourd’hui, l’action de l’AFD s’étend principalement à trois domaines : le financement de projet d’infrastructures (eau/assainissement, énergie durable et transport), le soutien à une économie résiliente (stratégie bas-carbone de la ville de Kampala, soutien à l’INDC ougandaise, projets du Fond Français pour l’Environnement Mondial) et le financement du secteur privé (banques, tourisme, énergie renouvelable au travers de sa filiale d’appui au secteur privé Proparco ou du programme SUNREF).

JPEG
L’Ambassade de France en Ouganda a reçu la presse ougandaise, le mercredi 1er juin pour un échange de vues consacré aux actions menées par l’Agence Française de Développement (AFD). S.E. Mme l’Ambassadeur Sophie MAKAME, M. Yves BOUDOT, directeur régional de l’AFD en Afrique de l’Est, son successeur M. Bruno DEPRINCE et Mme Virginie LEROY, représentante de l’AFD en Ouganda ont tour à tour présenté les engagements et les défis relevés par l’AFD dans le monde et en Ouganda.

Présente dans plus de 90 pays à travers le monde, l’AFD est spécialisée dans le financement de projets de développement. Grâce à son expertise, l’AFD soutient les initiatives publiques et privées qui visent à dynamiser l’économie et améliorer le confort de vie des individus dans une perspective à la fois durable et inclusive. Elle s’engage pour lutter contre la pauvreté et le respect de l’environnement.

JPEG

Si l’AFD intervient en Ouganda depuis 1998, c’est en 2009 qu’elle a officiellement ouvert son premier bureau. Au fil des années, l’agence a investi plus de 450 millions d’euros, ce qui représente un doublement de son enveloppe au cours des seules deux dernières années.

Aujourd’hui, l’action de l’AFD s’étend principalement à trois domaines : le financement de projet d’infrastructures (eau/assainissement, énergie durable et transport), le soutien à une économie résiliente (stratégie bas-carbone de la ville de Kampala, soutien à l’INDC ougandaise, projets du Fond Français pour l’Environnement Mondial) et le financement du secteur privé (banques, tourisme, énergie renouvelable au travers de sa filiale d’appui au secteur privé Proparco ou du programme SUNREF).

Favoriser l’accès du plus grande nombre au réseau électrique alors que seuls 15% des foyers disposent d’une connexion au réseau électrique, motive l’engagement de la France en Ouganda. C’est dans ce contexte que l’AFD a privilégié le financement des centrales hydroélectriques de Bujagali (74,3 millions d’euros) et de Muzizi contribuant à développer La capacité électrique nationale.

JPEG

L’AFD soutient aussi le déploiement d’une ligne à haute tension entre Masaka et Mbarara, maillon essentiel du dispositif d’interconnexion régional. L’agence a choisi d’encourager ce programme devant l’urgence d’améliorer la sécurité et la fiabilité des réseaux électriques ainsi que l’accès au réseau dans les zones rurales.

L’AFD souhaite aussi encourager en Ouganda les banques locales à investir dans des projets en énergies renouvelables et en efficacité énergétique.

Dans le secteur de l’eau, la métropole de Kampala bénéficie d’un soutien à la production d’eau potable (+ 210 000 m3/jour visés d’ici 2023). L’AFD accompagne également l’élargissement du mandat de l’entreprise publique NWSC aux villes secondaires (notamment région de l’Ouest).

JPEG

En outre, l’AFD envisage d’appuyer la construction de la voie rapide Kampala-Jinja au travers d’un prêt et d’une subvention de l’Union Européenne. Ce projet constituerait un premier appui dans le secteur des transports, essentiel pour l’Ouganda, pays situé au cœur de l’Afrique des Grands lacs et à l’interface entre l’Afrique Centrale et l’Afrique de l’Est.

Les projets mentionnés ci-dessus sont au cœur de la politique de l’AFD de développement durable et inclusif en Afrique subsaharienne. En 2015, ce sont 3,1 milliards d’euros, soit 38% des engagements mondiaux de l’AFD qui ont été attribués à des projets sur le continent africain (+6% depuis 2014).

Cette tendance devrait se poursuivre pour les années à venir avec les engagements pris par le gouvernement français pour le financement des Objectifs de développement durable d’une part et de la lutte contre le changement climatique d’autre part.

Dernière modification : 13/07/2016

Haut de page