Francophonie 2015 : retour sur un mois haut en couleurs !

La Francophonie, c’est déjà fini… Mais ne vous en faites pas, elle revient l’année prochaine ! En attendant, voici le bilan de cette francophonie 2015, en mots et en images.

JPEG

Une édition 2015 qui démarre sur les chapeaux de roue

Cette année, la culture a été encore une fois mise en avant et le mois de mars a vu se multiplier concerts et projections de films. Débutant avec un concert de piano dès le 6 Mars, la fête de la francophonie a su répondre aux attentes des amateurs de musique classique, enchantés par le talent du pianiste tchèque, Miroslav Brejcha, qui se produisait à l’hôtel Sheraton.

Puis, le 11 mars le festival du film francophone a débuté avec la projection du film algérien L’Oranais. Premier temps fort du festival, la participation de l’acteur français Bruno Henry lors de la diffusion, dans la soirée du 12 Mars, du film W.A.K.A, dont il est l’un des principaux protagonistes. Le second fut la clôture du festival avec la diffusion du film Timbuktu d’Abderrahmane Sissako, en présence notamment des ambassadeurs de France, du Burundi, et de Belgique, ainsi que de nombre de leurs collègues, dans une salle comble.

Rires, danses, jeux et chansons : les maître-mot du Franco’fun

La francophonie fut également l’occasion d’initier les jeunes ougandais à la langue de Victor Hugo. En effet, du 9 au 20 mars, le Franco’fun, initiative conjointe d’étudiants du club de français de l’université de Makerere et du Service de Coopération et d’action culturelle (SCAC) de l’ambassade de France en Ouganda, avait pour objectif d’éveiller les plus jeunes à la langue française dans les écoles primaires.
Durant deux semaines, les étudiants du club ont rendu visite aux élèves de plusieurs écoles primaires de Kampala à la rencontre des écoliers de dernière année, qui pourront choisir, à la prochaine rentrée, de rejoindre une école secondaire où la langue française est enseignée.

La créativité mise à l’honneur

L’édition 2015 de la Francophonie en Ouganda, ce fut aussi l’encouragement à la créativité. En effet, pendant une semaine entière, du 16 au 20 Mars, un artiste et slameur québécois, Monk-E, a fait le tour de huit écoles de Kampala où le français est enseigné afin d’initier les lycéens ougandais à l’écriture poétique en français.

A l’issue de ces ateliers, les élèves ont pu composer leurs propres poèmes pour les interpréter pendant la journée de la francophonie, sur la scène du Théâtre National, devant un public enthousiaste de près de quatre cents personnes.

JPEG


La journée de la Francophonie : le bouquet final

Bouquet final, le 21 mars, au Théâtre National de Kampala. Débutant dès 7h du matin avec la marche de la Francophonie, cette célébration de la langue française s’est ensuite déroulée jusque tard dans la soirée, proposant activités, stands et concerts. Les ambassadeurs de France, de Belgique et leurs collègues diplomates du Burundi, et de RDC ont pris part en personne au festivités.

Dès 14h, les chorales d’enfants débutaient. Des chansons pour les plus jeunes telles que Polyglotte d’Henry Dès ont ainsi été interprétées avec joie et entrain. Suivirent les adolescents avec leurs poèmes ou chansons, parfois engagés, parfois remplis d’émotions, tous suivant le même thème : la GRATITUDE. Sous la supervision de l’énergique Monk-E, ce concert fut une réussite complète, les tonitruants applaudissements du public en témoignant.

A la sortie de la salle, le public a rejoint les jardins supérieurs pour y découvrir les différents stands de spécialités culinaires française, belge, nigérienne, congolaise, guinéenne et burundaise proposées à la dégustation et d’ objets artisanaux exposés., tandis que les élèves des écoles présentes s’amusaient aux stands d’animations tenus par les étudiants du club de français de Makerere et de l’association des étudiants burundais en Ouganda.

Finalement, la journée s’est achevée dans une ambiance musicale éclectique, avec un spectacle des tambours du Burundi, une prestation de hip-hop trilingue (anglais, luganda, français) avec les artistes Monk-e, Ruyonga et St-Nelly-Sade, et enfin un concert de musique congolaise, faisant danser les spectateurs pendant des heures !

Dernière modification : 11/10/2016

Haut de page