Inauguration des travaux du projet WATSAN

JPEG
Une délégation de l’Ambassade de France et de l’Agence Française de Développement (AFD) a assisté lundi 17 février à l’inauguration des travaux de réhabilitation des deux stations de traitement de Gaba (périphérie de Kampala) dans le cadre du projet WATSAN (eau et assainissement pour Kampala).

JPEG
L’entreprise française SOGEA-SATOM est le maître d’œuvre des travaux cofinancés par l’AFD. D’un montant de 32M€, ils devraient s’étaler sur une période de 18 mois et faire travailler près de 150 employés locaux. A la clé, la réfection et la modernisation des infrastructures d’assainissement et d’approvisionnement en eau, mais aussi du réseau de distribution vers la capitale. Les villes voisines de Nansana et Kira devraient aussi bénéficier d’une meilleure couverture en eau.

Après une visite des infrastructures existantes des stations Gaba 1 et Gaba 2, les invités de marque, incluant l’Ambassadeur de France, accompagnée du Directeur régional de l’AFD, l’Ambassadeur d’Allemagne et le Délégué de l’Union Européenne ainsi que le ministre de l’eau et de l’environnement – Ephraïm Kamuntu, ont symboliquement planté un arbre pour souligner l’importance de la ressource et la nécessité de la préserver.
JPEG
JPEG
JPEG
Le Président du Conseil d’administration de la National Water and Sewerage Corporation, le Dr Christopher Ebal, a rappelé les attentes fortes qui pèsent sur NWSC afin d’améliorer l’accès à l’eau et à l’assainissement pour les populations à Kampala mais également dans les 27 villes secondaires gérées par NWSC.
JPEG
L’Ambassadrice de France en Ouganda s’est réjouie qu’une entreprise implantée de longue date en Afrique comme SOGEA-SATOM ait été sélectionnée pour réaliser ce projet, à l’instar de son homologue allemand qui a salué le début des opérations.

Depuis 2009, la France, au titre des interventions de l’AFD, a déjà injecté plus de 107 millions dans les secteurs de l’énergie, de l’eau et de l’environnement sur un total de 165 millions d’euros mobilisés depuis 1998.

Depuis 2010, en moyenne, l’AFD s’engage à hauteur de 30 millions d’euros par an pour financer des projets en Ouganda. Une tendance qui devrait augmenter en passant à 50 ou 80 millions en moyenne sur la période 2014-2017.
JPEG
JPEG

Dernière modification : 06/10/2016

Haut de page