L’Ouganda signe l’instrument de ratification de l’Accord de Paris [en]

Jeudi 15 septembre, Sam Kutesa, ministre des affaires étrangères, a signé l’instrument de ratification de l’Accord de Paris en amont de la 71e session ordinaire de l’Assemblée Générale des Nations unies en marge de laquelle plusieurs Etats dont l’Ouganda ont remis au secrétaire général des Nations unies Ban Ki Moon leur instrument de ratification lors d’un évènement spécial organisé le 21 septembre.

JPEG

Cette signature atteste de l’engagement de l’Ouganda en faveur de la protection de l’environnement et de l’adaptation au changement climatique. En ratifiant l’Accord de Paris, l’Ouganda joint ses efforts à ceux de la communauté internationale pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et limiter le réchauffement climatique à 1.5°C.

A l’occasion de la visite officielle du Président Museveni en France lundi 19 septembre, le Président François Hollande a félicité l’Ouganda pour avoir ratifié l’accord de Paris. Le Président de la République a assuré que la France maintiendra son soutien à l’Ouganda pour y encourager le développement des énergies renouvelables, l’accès à l’eau ou les transports urbains.

L’Accord de Paris deviendra officiellement effectif le jour où 55 pays représentant plus de 55% des émissions mondiales de gaz à effet de serre l’auront ratifié.
Dans son discours devant l’Assemblée Générale des Nations unies, François Hollande, Président de la République française, a appelé les Etats qui ne l’ont pas encore fait à ratifier au plus vite cet accord historique.

Dernière modification : 22/09/2016

Haut de page