La France participe au symposium international sur la Drépanocytose

En Ouganda certaines populations sont particulièrement affectées par cette maladie génétique avec par exemple une fréquence de 45% chez les Baambas (ou Ambas) répartis sur l’Ouganda et la République Démocratique du Congo.

JPEG

La Drépanocytose constitue la première maladie génétique au Monde. Elle frappe les populations de l’Afrique centrale dont l’Ouganda mais également de nombreuses autres populations africaines et dans le monde.

Dans le monde, l’on estime à 50 millions le nombre de personnes sévèrement atteintes.

En Ouganda certaines populations sont particulièrement affectées par cette maladie génétique avec par exemple une fréquence de 45% chez les Baambas (ou Ambas) répartis sur l’Ouganda et la République Démocratique du Congo.

JPEG

En France métropolitaine, 12 000 personnes seraient atteintes d’un syndrome drépanocytaire majeur, 2 000 en Martinique et 1 500 en Guadeloupe. Ce qui en fait la première maladie génétique.

Le symposium réunit d’éminents spécialistes de la drépanocytose, venus des différents pays d’Afrique, d’Europe et d’Amérique. La présence de nombreux chercheurs français témoigne de l’importance et de l’impact que représente cette maladie en termes de santé publique.

Les conséquences de cette maladie sont terribles. Dès le plus jeune âge, elle entraine de grandes souffrances chez les enfants et réduit considérablement leur espérance de vie ; d’où l’importance d’un diagnostic précoce et d’une prise en charge préventive efficace.

Combinée à un dépistage néonatal accessible à toutes les populations exposées, l’éducation, la sensibilisation communautaire, la diffusion de l’information constituent en amont une étape indispensable.

Les traitements ont été pendant longtemps symptomatiques puis préventifs mais de nouveaux champs de la recherche nous permettent d’avoir de nouveaux espoirs avec la transplantation de cellules souches et la thérapie génique.

Ce symposium international est une occasion majeure pour l’échange des dernières connaissances et des nouvelles données thérapeutiques.

Dernière modification : 13/10/2016

Haut de page