Lancement de l’Alliance solaire internationale

L’Ouganda est l’un des 121 pays de l’alliance solaire sélectionnés dans la zone intertropicale car bénéficiant d’un fort ensoleillement tout au long de l’année, sans disposer d’un accès suffisant aux technologies et financements.

JPEG

François Hollande et le Premier ministre indien Narendra Modi ont lancé le 30 novembre l’Alliance solaire internationale, une initiative visant à développer l’usage de l’énergie solaire dans les pays en développement.

L’énergie solaire constitue une alternative prometteuse pour les pays du Sud. Cependant les technologies et les financements disponibles demeurent insuffisants pour son essor. Cette Alliance facilitera la coopération entre les pays qui disposent de technologies ou de financements et les pays en développement.

La participation de nombreux chefs d’entreprises, chefs d’Etat et de gouvernement, dont le Vice-Président ougandais Edward Ssekandi, et du secrétaire général des Nations unies, M. Ban Ki-Moon qui a qualifié cette alliance de « plus grande initiative que j’ai établie en tant que secrétaire général des Nations unies », illustre bien les attentes suscitées par le lancement de cette initiative qui vise à limiter le réchauffement climatique.

L’Ouganda est l’un des 121 pays de l’alliance solaire sélectionnés dans la zone intertropicale car bénéficiant d’un fort ensoleillement tout au long de l’année, sans disposer d’un accès suffisant aux technologies et financements.

« Nous ne pourrons plus accepter ce paradoxe que les pays au plus fort potentiel en énergie solaire ne représentent qu’une faible part de la production d’électricité solaire », a déclaré le président français.

Dernière modification : 19/01/2016

Haut de page