Le Musée de l’homme rouvre ses portes

Rattaché au Musée national d’histoire naturelle (MNHN), il renoue avec le projet que Paul Rivet avait conçu dès 1937, en présentant l’homme dans sa globalité, sa diversité et son unicité.

Le Musée de l’Homme, seul musée spécifiquement dédié à l’espèce humaine en Europe, vient d’être rouvert au public le 17 octobre dernier, après six ans de travaux qui ont permis de lui redonner tout son éclat. Le Président de la République était présent le jeudi 11 octobre jour de l’inauguration.

JPEG

Rattaché au Musée national d’histoire naturelle (MNHN), il renoue avec le projet que Paul Rivet avait conçu dès 1937, en présentant l’homme dans sa globalité, sa diversité et son unicité. Le nom mythique de musée de l’Homme a été réaffirmé, avec un grand H, ainsi que sa mission de musée-laboratoire, qui conjugue visite du grand public et labos de cent cinquante chercheurs. Trois chapitres rythment désormais le parcours au fil des vastes espaces clairs et redessinés de l’aile Passy du palais de Chaillot : ce qui nous définit, nos origines, et notre avenir.

Le Musée de l’homme possède de riches collections telles que trente mille représentations du corps humain, sept cent mille objets préhistoriques, parmi lesquels un crâne de Cro-Magnon ou la sublime Vénus de Lespugue, statuette de femme sculptée dans l’ivoire datant de quelque 28 000 ans.

Formidable défi que de faire découvrir au grand public une partie de ses collections pour raconter la saga d’Homo sapiens, fait d’un patrimoine génétique (ADN) mais aussi façonné par le mode de vie et la culture.

« Contrairement à la situation de 1937, explique le généticien André Langaney, qui fut longtemps le directeur du laboratoire d’anthropologie biologique du musée de l’Homme, le nouveau musée de l’Homme part de données paléontologiques, archéologiques et génétiques fiables sur l’origine animale des populations humaines, l’acquisition datée de caractères et de comportements humains, puis de traditions culturelles liées aux milieux fréquentés par les ethnies d’aujourd’hui ou d’hier. Paléontologie et génétique sont parvenues à un consensus sur les origines humaines depuis la lente séparation entre les ancêtres africains lointains et leurs cousins, ancêtres de gorilles ou chimpanzés, il y a 6 à 9 millions d’années. »

La recherche est dynamique et un musée se doit aujourd’hui être réactif. Un tout nouveau « Balcon des sciences » permettra au public de s’informer sur l’actualité et les débats de la recherche, suivant le credo selon lequel, aujourd’hui, un musée de l’Homme n’est pas un musée qui affirme mais qui conduit plutôt à interroger.

Lors de l’inauguration, le président de la république a pu prendre la mesure des travaux conduits par des équipes de chercheurs internationalement reconnues.

Les paléontologues Brigitte Senut, et Martin Pickford, professeurs au MNH, sont deux de ces éminents chercheurs. Depuis 30 ans, ils mènent des travaux de recherche en Ouganda, avec des chercheurs locaux, dans la région du Karamoja où, en juillet 2011, leur équipe a découvert un crâne fossilisé presque complet d’un grand singe (Ugandapithecus major), vieux de 19 à 20 millions d’années.

JPEG

La coopération scientifique entre la France et l’Ouganda date de 30 ans. Outre la découverte de Ugandapithecus major, cette période est marquée par l’inauguration en 2012 du musée du Karamoja construit avec l’appui de la France pour sensibiliser le public à la richesse du patrimoine ougandais.

A l’occasion de la célébration du 30ème anniversaire de cette coopération scientifique en juin dernier, une semaine d’activités dénommée « Palaeoweek » a été organisée au musée national de Kampala. Quelques 200 écoliers ont participé à des ateliers éducatifs et interactifs sur la recherche paléontologique. Des paléontologues français et ougandais ont animé une table ronde sur le thème « Etudier le passé pour comprendre le présent », avec une attention particulière sur les changements climatiques et leur impact sur l’environnement. Enfin, une exposition retraçant les 30 ans de recherche paléontologique de la mission franco-ougandaise a été inaugurée en présence de hautes autorités du pays.

JPEG

Dernière modification : 02/12/2015

Haut de page