Le Traité de l’Elysée, une célébration de l’amitié franco-allemande

Ce traité visait à instaurer une relation de confiance entre les anciens « ennemis héréditaires », en fixant les bases d’une coopération accrue dans les domaines des relations internationales, de la défense et de l’éducation.

Le 22 janvier 1963, un traité d’amitié franco-allemand a été signé au palais de l’Élysée à Paris par le chancelier allemand Konrad Adenauer et le président français Charles de Gaulle. Ce traité visait à instaurer une relation de confiance entre les anciens « ennemis héréditaires », en fixant les bases d’une coopération accrue dans les domaines des relations internationales, de la défense et de l’éducation.

Afin de structurer cette coopération, le Traité prévoit l’organisation de réunions et de rencontres régulières entre Chefs d’Etat et de Gouvernement, Ministres des Affaires Etrangères et autres autorités des deux pays dans les domaines fixés par le Traité. A ce titre, des conseils de ministres franco-allemands se réunissent annuellement dans chacun des deux pays sur le mode de l’alternance et contribuent à rapprocher les processus de décision des deux gouvernements.

Aujourd’hui le Traité de l’Elysée demeure l’acte de référence en matière de coopération franco-allemande. Il est à l’origine de la création de plusieurs institutions dont : l’Office franco-allemand pour la jeunesse (OFAJ), le Conseil franco-allemand de défense et de sécurité (CFADS), le Conseil économique et financier franco-allemand (CEFFA) et le Conseil franco-allemand de l’environnement (CFAE).

A l’occasion du 53ème anniversaire du Traité de l’Elysée, les Ambassadeurs d’Allemagne et de France, Peter BLOMEYER et Sophie MAKAME, ont prévu diverses initiatives destinées à commémorer cet acte fondateur et souligner la densité du partenariat franco-allemand. Une exposition photographique en illustrera quelques jalons, sur les murs de l’Ambassade de France à Kampala.

Dernière modification : 09/03/2016

Haut de page