Mission commerciale d’entreprises françaises du secteur agricole et agroalimentaire

JPEG

Secteur porteur de croissance, celui de la production agricole et de sa transformation intéresse les entreprises françaises. Un segment représentatif d’entre elles s’est rendu à Kampala, sous la bannière de l’ADEPTA, pour participer au premier Forum France-Ouganda de l’agroalimentaire, qui a réuni toute la journée du 11 décembre les sociétés locales désireuses de découvrir l’offre française.

JPEG JPEG JPEG JPEG

L’Ambassadeur, Madame Sophie Makame, a reçu à la Résidence les acteurs du Forum, ainsi que des représentants institutionnels ougandais intéressés par le développement du secteur agricole. Son intervention a permis de rappeler la disponibilité et l’intérêt de la France à soutenir le développement d’une agriculture « productive et durable » en Ouganda.

JPEG

M. Patrick Bitature, président de la principale organisation patronale ougandaise (Private Sector Foundation Uganda – PSFU), a à son tour insisté sur « l’évidente convergence » des points de vue français et ougandais en la matière, incitant les entreprises françaises à découvrir les nombreuses opportunités d’affaires au cours de leurs déplacements sur le terrain.

JPEG

M. Bitature, qui a participé comme invité d’honneur à l’atelier organisé par le Medef-international à Paris à l’occasion de la fête nationale ougandaise le 9 octobre dernier, a pu également exhorter les représentants du secteur privé ougandais à rechercher plus de partenariats avec les sociétés françaises.

JPEG

M. Alain Réocreux, qui conduisait la délégation réunie par l’Adepta, a de son côté rappelé l’importance de l’activité agricole en matière d’aménagement du territoire. Cette fonction de fixation des populations par le développement des territoires revêt un intérêt particulier pour l’Ouganda, pays à la croissance démographique impressionnante et dont trois quarts de la population travaille dans le secteur agricole. M. Réocreux a aussi pu présenter les possibilités ouvertes par les nanotechnologies pour une meilleure sécurité alimentaire, particulièrement dans le domaine de l’élevage.

JPEG

La France est la première puissance agricole européenne, et la deuxième du monde. De son côté, l’Ouganda présente un potentiel de développement considérable en la matière, grâce à un climat et à un terrain très favorables. Des gains de productivité peuvent être réalisés, par le transfert de compétences et de technologies – ce que proposent nos entreprises.

Le succès de cette première mission appelle à plus d’intervention dans le champ agricole, déterminant pour l’avenir de l’Ouganda.

JPEG

Dernière modification : 06/10/2016

Haut de page