Palaeoweek 2015 : la célébration de la collaboration franco-ougandaise dans le domaine de la paléontologie

La Palaeoweek, semaine dédiée à la paléontologie en Ouganda, a joyeusement débuté samedi 13 juin lors d’ateliers organisés pour les enfants, et s’est terminée le jeudi suivant avec une table-ronde suivie de l’inauguration d’une exposition au Musée national de Kampala, en présence de Mme Barbara Nekesa, Secrétaire d’Etat au Karamoja, et de S.E. Mme Sophie Makame, Ambassadeur de France en Ouganda.

Mme Sophie Makame et Mme Barbara Nekesa lors de la visite de l'exposition - JPEG

Des ateliers éducatifs sur la recherche paléontologique

Près de 200 enfants français et ougandais âgés de 6 à 14 ans ont été accueillis au Musée national samedi 13 juin où ils ont découvert le B.a.-Ba de la paléontologie. De multiples activités avaient été organisées, qu’il s’agisse de la présentation du métier de paléontologue par Brigitte Senut, professeur au Musée de la Terre, en passant par la visite commentée du musée par Martin Pickford, professeur au Collège de France à Paris, jusqu’à la fabrication de moules de fossile avec Dominique Gommery, directeur de recherche à l’Institut Ecologie et Environnement du CNRS et à l’Université de Pretoria. Ce parcours pédagogique a réjoui les enfants, et certains se sont probablement trouvés une nouvelle vocation.

Une table-ronde sur le thème de « l’étude du passé pour comprendre le présent »

La table ronde sur le thème « Etudier le passé pour comprendre le présent » a débuté cette journée avec l’intervention de paléontologues français et ougandais. Brigitte Senut, à qui l’on doit la découverte du crâne de l’Ugandapithecus major, a notamment présenté l’état de ses recherches en Ouganda, entourée des membres de son équipe, au nombre desquels Martin Pickford, Dominique Gommery et Joanne Pouech, chercheur au Musée de la Terre. Etaient également présents Charles K. Twesigye, maître de conférences au département de biologie à l’université de Kyambogo, Sarah Musalizi, conservatrice du Musée National de Kampala, Julius B. Lejju, maître de conférences au département de biologie à l’université de Mbarara et Joshua Lukaye, géochimiste au ministère de l’énergie et des mines.

Cette table ronde, brillamment orchestrée par Dominique Gommery, a permis de mettre en lumière les résultats des fouilles menées en Ouganda ces 30 dernières années. Une attention particulière a été portée aux changements climatiques et leur impact sur l’environnement sur une échelle remontant à 20 millions d’années. Ces résultats sont l’aboutissement de l’étude de sédiments et de fossiles, dont les conditions de conservation sont particulièrement remarquables en Ouganda, ce qui en fait un terrain de recherche privilégié pour les paléontologues. Joshua Lukaye a conclu en abordant l’enjeu économique de la recherche paléontologique en Ouganda.
Cet évènement a ainsi permis de renforcer la collaboration entre scientifiques et de susciter l’intérêt du public ougandais à l’égard de la conservation de son patrimoine.

Mme Brigitte Senut et Mr Martin Pickford - JPEG

Inauguration d’une exposition célébrant la coopération scientifique franco-ougandaise

Mme Barbara Nekesa, Secrétaire d’Etat pour le Karamoja et Mme Sophie Makame, Ambassadeur de France en Ouganda, ont ensuite inauguré une exposition retraçant les 30 ans de recherche paléontologique de la mission franco-ougandaise.

Mme Makame a notamment souligné l’importance de ces recherches pour le patrimoine culturel et naturel ougandais et a mis en avant, en relation avec celui-ci, l’importance du développement du tourisme dans la région du Karamoja. Elle a évoqué le musée de Moroto, musée dont l’objectif est de porter à la connaissance des communautés locales et du grand public la richesse du patrimoine et des traditions karimojongs.

L’exposition sera accessible au public jusqu’au 12 juillet 2015.

Mme Sophie Makame lors de son discours - JPEG

Dernière modification : 07/10/2016

Haut de page