Paris fait sa Nuit Blanche [en]

Dans la nuit du 1er au 2 octobre, a eu lieu à Paris la 15ème édition du festival Nuit Blanche. De 7h00 en soirée à 7h00 à l’aube, Paris s’est fait le théâtre de spectacles éphémères. Au détour de rues et ruelles parisiennes, les curieux et passionnés ont pu découvrir des œuvres d’art, assister à des conférences et rencontrer des artistes.

Organisée chaque premier samedi d’octobre, Nuit Blanche est une manifestation artistique gratuite et ouverte au grand public. Elle vise à valoriser une multitude d’œuvres exposées dans l’espace public et en plein air : ce sont à la fois des talents artistiques neufs et confirmés qui sont invités à soumettre leur création au regard des passants. Des institutions culturelles telles que le Musée du Quai Branly, le Pavillon de l’Arsenal ou le Petit Palais participent à l’événement.

Le thème proposé par le directeur artistique de cette année, Jean de Loisy était celui du « Franchissement ». Des charmes anciens de l’Île de la Cité à l’extase des quartiers modernes de Bercy, les visiteurs ont franchi l’espace et le temps grâce à cette machine formidable qu’on appelle l’art. Ainsi, Place de l’Hôtel de Ville, bien loin de la campagne française, s’élevait pourtant une sombre et mystérieuse forêt composée par l’artiste Stéphane Thidet à partir d’immenses morceaux de bois flottant sur un lac gelé. Alain Fleischer, quant à lui, a souhaité revisiter le classique de la littérature « Autant en emporte le vent », transportant les badauds au XIXème siècle, époque à laquelle se déroule l’histoire. Ressuscitant l’héroïne, il a projeté son image sur le pont Bir-Hakeim d’où celle-ci fixait d’un regard imperturbable les passants émus par son reflet.

A la découverte visuelle, s’est ajoutée l’expérience sonore. Oliver Beer, artiste britannique a mixé sous le pont des Arts la multitude des bruits des bords de Quais de Seine.

Lors de cette 15e édition, était aussi célébré l’Amour, sujet indémodable car si proche de nos préoccupations humaines. Un « atelier des cœurs brisés » a été organisé durant lequel des fragments de cœurs ont été distribués aux participants qui ont ensuite pu panser leurs peines lors d’ un grand « atelier de réparation des cœurs ».

Le succès de ce rendez-vous qui accueille chaque année plusieurs millions de visiteurs a déjà inspiré plus de 25 métropoles à travers le monde dont Bruxelles, Kyoto, Melbourne et La Paz qui depuis lors organisent leur propre Nuit Blanche.

Dernière modification : 05/10/2016

Haut de page