Prévalence des mutilations génitales féminines (juillet 2014)

Le Fonds des Nations unies pour l’Enfance (Unicef) a publié le mardi 22 juillet 2014 un état des lieux actualisé sur l’excision des femmes dans le monde. Après trois décennies, la part des jeunes filles soumises à des mutilations génitales féminines (MGF) à travers le monde a diminué d’un tiers.

Néanmoins, les chiffres restent toujours préoccupants : sept filles se font encore couper ou mutiler les parties génitales chaque minute dans le monde. Et la vitesse à laquelle la pratique décline n’est pas suffisante pour contrebalancer l’augmentation de la population. Si cette diminution ne s’accélère pas, le nombre de victimes pourrait passer de 3,6 millions par an aujourd’hui à 4,1 million en 2035.

Dans les pays africains où les MGF constituent un rite de passage traditionnel, jusqu’à neuf filles sur 10 sont exposées à cette pratique (voir carte ci-dessous), engendrant d’atroces douleurs et présentant des risques d’infection, d’infertilité, voire de décès.

Entre 2011et 2013, l’Ambassade de France en Ouganda, via le Fonds social de développement, a contribué à hauteur de 200.000 € au programme conjoint entre UNICEF et FNUAP « Accelerating Change », dans le cadre de la lutte contre les mutilations génitales Pour plus d’informations sur le programme : http://www.unfpa.org/public/home/about/Evaluation/EBIER/TE/pid/10103

JPEG

Dernière modification : 06/10/2016

Haut de page