Une première réussie pour le Festival Euro-Africain du film de Kampala :

Plusieurs milliers de personnes au total ont occupé cette semaine (19-26 février) les fauteuils de velours du théâtre LaBonita pour assister à la toute première édition du festival euro-africain de Kampala.

JPEG
Dès l’ouverture, mercredi 19 février, la conférence de presse initiale donne le ton : « Nous ne cherchons pas à donner une image faussée de l’Europe, mais plutôt à montrer un continent en proie à d’autres problèmes, d’autres débats qui lui sont spécifiques », annonce Kristian Schmidt, chef de la délégation de l’Union Européenne, en compagnie des ambassadeurs des Etats-membres de l’UE, de la Norvège ainsi que des représentants de Maisha Films et Garage Lab Studio, co-organisateurs.

C’est sur le rythme de quatre films par jour, dont un consacré au jeune public le matin, que cette grande fête du cinéma s’est lancée. Le cinéma africain a été mis à l’honneur également, avec notamment la projection, samedi, devant une salle remplie, de The Ugandan, suivant deux documentaires, dont un franco-sénégalais, La Brèche.

Dans une ambiance joviale, les diverses productions burkinabé, danoise, suédoise, allemande, belge, tchèque, italienne, norvégienne, néerlandaise, rwandaise, ghanéenne, nigériane, autrichienne ou encore bissau-guinéenne, précédées de courts-métrages de Maisha Films, ont tenu en haleine un public de plus en plus large. Le film français Intouchables, projeté mardi a réellement emballé les spectateurs d’une salle quasi-comble.

JPEG
Après un discours de clôture conjoint des directeurs des centres culturels européens (Goethe Zentrum, British Institute & Alliance Française de Kampala), dont il faut saluer l’engagement dans l’organisation du festival, c’est avec la coproduction franco-germano-éthiopienne Teza, diffusée le mercredi 26 au soir, que l’écran s’est éteint.

Une semaine chargée, riche en émotions, qui semble avoir réussi son objectif de briser des idées reçues sur les deux continents, et qui n’appelle qu’à être renouvelée l’an prochain !

Dernière modification : 07/10/2016

Haut de page